Irma (2018)

Mme Anne FORREZ a été une rencontre décisive dans ma vie et dans ma carrière.

Avec elle, j'ai compris l'importance de l'expression orale, des mots et de leur correcte prononciation ainsi que du souffle. 

"La personnalité est un  tout", me dit-elle toujours et moi je suis plus encore impressionnée que l'expression orale puisse changer une vie, un destin car je suis psychologue.


En effet, depuis que je travaille avec elle, je gagne en sécurité, assurance et je me découvre et me réapprend dans cette langue magnifique qu'est le français.

J'ai aussi amélioré mes rapports professionnels et la qualité de mon élocution, qui est plus en accord avec qui je suis.


J'espère que ce témoignage te conviendra, en tout cas c'est avec plaisir que je te le rend car il est absolument vrai !


Mon entretien s'est passé avec sérénité pour ma part car le travail avec toi m'avait fait travailler sur des situations importantes et ponctuelles.

La réponse sera la semaine prochaine.

 

Didier (2015)

Je suis de ceux qui pourraient vous assommer d'ennui, si je devais vous décrire tout l'inconfort, le malaise et parfois l'exaspération que j'ai pu avoir avec ma propre voix pendant une quarantaine d'années !


Une voix que je ne supportais pas. Qui me semblait étrangère à moi-même lorsqu'elle montait en tête.


Je pensais alors naïvement me faire entendre.


Une voix dont le flux rapide me semblait le meilleur moyen pour capter l'attention des autres, alors qu'il ne faisait qu'inonder mon auditoire.


Il faut savoir que mon métier m'amène à parler en public, et cela faisait bien deux décennies que, régulièrement, je me disais que je devrais travailler ma voix. Cette situation était en quelque sorte comparable à celle d'une personne en surpoids qui se promettrait sans cesse de suivre un régime prochainement.


Un jour,  j'ai enfin accepté l'idée d'aller à la rencontre de "ma vraie voix". J'ai cherché une personne pour m'aider à le faire. Si je suis sincère et précis, je devrais plutôt dire que j'avais décidé et accepté de m'apprécier et de voir de l'extérieur, les raisons qui pouvaient me rendre estimable. J'avais choisi la voix comme l'indicateur intime de ce possible "estimable".


La personne recherchée, et finalement trouvée, a été Anne Forrez. La première rencontre pourrait être décrite comme la rencontre avec un avatar de la lumière. Qu'est- ce que cela veut dire, de rencontrer un avatar de la lumière ? Je répondrais tout simplement, que lorsqu'on le rencontre, on le sait, parce qu'on se sent singulièrement bien. Dans le cas particulier, toute inquiétude sur la voix s'était évanouie, et je m'étais dit que j'étais dans de bonnes mains.


Si je devais décrire le travail avec Anne Forrez, il y a d'abord le geste. Des mouvements simples du corps, qui permettent de dessiner des chemins naturels sur lesquels la voix prend place. La surprise, c'est que quand un chemin est bien dessiné, la voix ne peut pas faire autrement qu'être elle-même. C'est-à-dire, vrai, juste, timbrée, et coloriée selon les paysages traversés. La bonne nouvelle, c'est que ces chemins ne demandent pas d'effort de construction. C'est l'intelligence d'années d'expérience et de travail, le code qui en a été percé dans des gestes élémentaires qu'Anne Forrez partage ici.


Il y a les mots qui font toute la différence. Qu'il s'agisse d'un questionnement, d'une incertitude ou d'un conflit à propos de sa voix, le mot choisi par Anne Forrez fait mouche à chaque fois ! Voici un exemple : à la fin d'une phrase, il ne s'agit pas d'une "fin", mais d'une "arrivée". Alors, je me suis rendu compte que je n'avais plus l'urgence de quitter une phrase pour la suivante afin d'arriver à destination de mon argumentaire. Chaque unité de phrase a sa propre arrivée. Cet exemple pourra paraître vide de sens à certains, mais pour moi il a été une révélation. Inutile désormais de sauter les phrases comme dans une course de haies, chaque fin de phrase, est "déjà" le début vers la suivante.


Enfin, il y a la bienveillance d' Anne Forrez qui, entre autres, conduit à trouver, non seulement, confiance en sa voix mais aussi, à en apprécier ses qualités. Lorsqu'au début du travail, l'idée d'écouter un enregistrement de sa propre voix, est une vive angoisse ou une crainte, et qu'après quelques rencontres, cela se transforme en plaisir, car s'écouter ou ce qui s'écoute de l'extérieur, est clairement beau et parfois émouvant ainsi qu'une bonne mesure de la distance parcourue.


Mon mot de la fin sera, que la première stupéfaction a depuis lors viré en bonheur dans ma vie privée et en puissance dans ma vie professionnelle. Pour tout cela, grand merci à Anne.


PS 1 : Inutile d'attendre si l'on pense, qu'il faille travailler sa voix.


PS 2 : Avec Anne Forrez, vous êtes sûr d'être avec la bonne personne!

 

Alexis (2005)

Je soussigné Alexis Bussac atteste avoir suivi les cours de diction et d'expression orale, proposés par Madame Anne Forrez.


Je me suis adressé à cette dernière pour tenter de réduire mon rythme de parole qui était beaucoup trop rapide et rendait souvent mes propos incompréhensibles, faute d'une articulation insuffisante.


Ce défaut d'élocution qui me pénalisait grandement, tant dans l'exercice de ma profession d'avocat, que dans ma vie privée, n'avait pas été résolu malgré l'intervention d'un orthophoniste puis d' un phoniatre.


Madame Anne Forrez m'a permis, par sa méthode basée sur des exercices simples et son approche très pratique de la technique oratoire, d'atteindre cet objectif.


Elle m'a tout d'abord fait prendre conscience de l'importance de l'intonation et du souffle dans la communication. À partir de ce premier enseignement, elle m'a appris à poser ma voix. Celle-ci est passée du statut de handicap à celui d'un véritable atout.


Son enseignement a influencé de manière tangible, de l'aveu même de mon entourage, l'impact de mes interventions professionnelles, et m'a permis d'acquérir, par ce biais, une beaucoup plus grande confiance en moi.


Je suis persuadé que cet apprentissage pourrait être grandement profitable à tous les jeunes avocats qui ne sont pas suffisamment sensibilisés à l'importance de cette discipline qui est pourtant fondamentale dans notre profession.


De même, il pourrait contribuer à un meilleur épanouissement d'un grand nombre de personnes pour qui la prise de parole est un désagrément.

 

Yaelle (1995)

J'ai découvert par hasard l'existence de l'atelier d'Anne FORREZ durant l'été 1996 à Paris et je me suis lancée dans cette enrichissante " aventure" en Novembre au cours d'un stage intensif de douze séances.


J'ai décidé de faire appel à sa compétence pour préparer la soutenance orale de ma thèse de Doctorat. En effet, je disposais d'un temps réduit (une quinzaine de jours) pour préparer, travailler mon exposé.


Je suis arrivée le jour de la soutenance sereine, malgré une rhyno-pharyngite finissante qui m'avait quelque peu fatigué la voix et j'ai pu parler sans efforts durant les deux heures d'épreuve. En outre, j'ai décroché une excellente mention.


Chaque heure de cours a été pour moi l'occasion de me détendre dans une période de stress intensif et de me préparer dans les meilleures conditions, en retrouvant toute ma confiance.


Je sais que désormais je possède en moi les capacités pour réussir d'autres prestations orales aussi performantes .

 

Corinne (2011)

Je trouve que les trois premiers entretiens sont des séances d'observation:

Il faut comprendre la méthode. Je crois qu'au début, on ne sait pas où l'on va ni quel sera le résultat. Lorsque l'on pâti de problèmes de diction depuis longtemps, on pense qu'il est difficile de faire de réels progrès irréversibles en quelques semaines. Mais on essaie; et on verra qu'à la fin c'est réellement possible.

C'est aussi une relation à deux, un face à face, quand on n'ose pas s'exprimer, c'est un peu intimidant. Mais mme Forrez sait mettre à l'aise en étant conviviale, et tout en ajustant en permanence la distance naturelle dans ce duo. Car c'est bien d'un duo dont il s'agit, au fur et à mesure, on se sent reliées pour progresser: moi à travers les efforts de diction à fournir et Mme Forrez à travers l'analyse permanente de la voix, du ton, du rythme et des ajustements qu'elle propose pour améliorer la diction; mais aussi des observations qu'elle formule sur la personne en face d'elle, elle agit comme un miroir très utile renvoyant des certitudes sur sa personnalité/façon d'être. Mme Forrez nous fait bénéficier d'un engagement professionnel très fort et d'une perception fine de l'Autre qui est un véritable soutien au fil des entretiens.

au cours des premières séances de diction, j'avais des fourmis dans les mains, et à deux reprises je ne me sentais pas très bien car il fallait forcer la voix, ce que je n'avais pas du tout l'habitude de faire ; cela exigeait une énergie colossale, et j'avais l'impression de crier au lieu de parler, parfois j'étais à deux doigts de m'évanouir. en réalité, je ne parlais pas fort du tout mais il fallait faire un effort très important pour les rendre audibles.

les enregistrements sont très importants, car lors des séances je suis concentrée sur la technique de la diction (écouter les conseils et répéter les phrases) ; et lorsque je réécoute les enregistrements, je refais le travail de diction à la maison, ce qui permet de prendre de la distance avec la méthode et de saisir plus vite les progrès à faire; et puis on réécoute des conseils ou des ajustements que l'on n'avait pas bien retenus lors de l'entretien. C'est là que l'on s'aperçoit des petites observations/analyses formulées par Mme Forrez qui permettent de se corriger, elles sont en réalité très efficaces car les observations sont positives et encourageantes. Par exemple, cela a mis en évidence que je dois voir les choses positivement, ne pas se focaliser sur certains petits détails...

Au début je n'aimais pas du tout ma voix, je ne la trouvais pas assez féminine, très triste et monocorde, le rythme trop pressé et irrégulier. et puis les exercices ont permis de la rendre plus calme, plus audible, et ma voix à commencé à me plaire vers la 11ème séance. Je crois que les réels progrès que l'on fait et que l'on observe au fur et à mesure sont encourageants, ils détendent et aident aussi à faire sortir une voix claire, normalement forte et agréable. Et cela change les relations que j'ai avec les Autres, parler autrement m'a permis enfin de briser ce mur de verre qui m'empêchait d'avoir une communication normale avec mes collègues ou ma famille. Maintenant, on écoute ce que je dis, on ne me coupe plus la parole, les autres semblent contents d'être avec moi.

Une autre chose m'a surprise, c'est le lien très fort entre la voix et le corps entier. il faut travailler les exercices pour le ressentir vraiment, on apprend et ressent au fur et à mesure que, du pied à la tête, tout le corps travaille pour faire sortir la voix, le souffle est impulsé par le pied, traverse les abdominaux, la partie respiratoire et la gorge.

Se détendre, et respirer, c'est un préalable pour donner de la force à sa voix. Tous ces exercices de diction répétés ont de multiples incidences sur le corps et l'âme, c'est un travail très agréable car il fait partie de ces choses qui nous relient à nouveau à notre corps, celui que l'on oublie souvent par ces temps modernes. Cela aide à avoir de la présence dans un groupe, notre corps existe, on s'impose naturellement. Ça c'est un progrès ou une prise de conscience très agréable.

La diction elle même est surprenante, j'ai appris à ralentir le rythme de la parole, au début j'avais l'impression de parler très lentement mais lorsque l'on entend l'enregistrement, en réalité je m'écoute parler (enfin) normalement.

La lecture de textes, poèmes précis apparaît anodin au début, mais sans s'en apercevoir, elle fait travailler la voix en profondeur. elle installe la  "nouvelle diction".

Anecdote: "J'étais invitée à une compétition de golf et le soir, au moment du dîner le responsable de l'association m'a demandé de lire un sketch de manière impromptue: un dialogue sur un thème politique face à une cinquantaine de personnes. Avant de faire ce travail de diction, j'aurais eu le coeur qui bat, la voix qui tremble et au bout de 3 phrases, la voix coupée, à court de souffle et la honte de ne pas être à la hauteur alors que je suis une adulte normale. Si mes mais ont tremblé, en revanche ma voix était posée, claire, forte, audible, je suis allée jusqu'au bout du dialogue en donnant le ton et on m'a même félicitée pour mes talents d'oratrice à la fin...s'ils avaient su que 3 mois plus tôt j'aurais été incapable de terminer ce texte."

L'image, à travers les enregistrements DVD, pour s'accepter complètement, c'est aussi très important, travailler la voix à travers la caméra fait réfléchir sur l'acceptation de son image. Cela est pour moi le plus difficile; ce n'est qu'à la 12ème leçon que j'ai accepté de regarder vraiment un DVD sur ma télévision et je suis déçue de mon image pour l'instant. Je ne m'attendais pas à cette réaction de ma part, cela me pose un petit problème que l'on devrait bientôt pouvoir résoudre...

 

Frédéric (2014)

Je ne suis pas un élève, mais un témoin : j'avais offert un premier cours, en pariant sur l'intérêt de la personne concernée, qui depuis longtemps souhaitait travailler sa voix, mais ne savait pas comment se lancer.


Cela a dépassé ce que j'avais imaginé. Si le premier cours était offert, c'était pour le laisser choisir s'il souhaitait continuer-ou non. Et je l'ai vu poursuivre l'expérience avec, chaque semaine, l'impatience de son prochain rendez-vous avec Anne Forez.


Ce fut à la fois une révélation et un véritable plaisir.


Des mois plus tard, je peux confirmer que sa voix s'est placée, stabilisée, et que cet "ancien" élève expérimente encore régulièrement avec joie sa capacité a être entendu…et écouté .